• L'ARTHROSE, UNE MALADIE INFLAMMATOIRE

    Nous savons souvent que l’arthrose correspond à une usure du cartilage qui aboutit à des raideurs et des douleurs.

    Mais ce qui est moins connu, c’est que derrière la destruction progressive du cartilage articulaire se cache un ennemi silencieux : l’inflammation.

    L'ARTHROSE, UNE MALADIE INFLAMMATOIRE

    On a longtemps pensé que l’arthrose, contrairement à l’arthrite rhumatoïde, n’était pas une maladie inflammatoire.

    En fait, la destruction progressive du cartilage s’accompagne d’inflammation. L’inflammation est la réponse normale de l’organisme à une agression.

    Elle vise le plus souvent à éliminer un virus ou une bactérie en fabriquant une grande variété de substances qu’on appelle médiateurs de l’inflammation (cytokines, prostaglandines).

    Dans l’arthrose, l’inflammation ne vise à éliminer aucune bactérie, aucun virus.

    Elle est la conséquence accidentelle d’une surexcitation des cellules spécialisées du cartilage, les chondrocytes. Les chondrocytes s’enflamment

    La destruction progressive du cartilage observée pendant l’arthrose est due à une inflammation chronique des chondrocytes.

    Pourquoi les chondrocytes s’enflamment-ils ?

    Le plus souvent parce qu’ils ont subi un traumatisme.

    Cela peut être le cas des articulations du doigt et du poignet chez les personnes qui travaillent sur clavier d’ordinateur, celles de la main ou du coude chez les musiciens, celles du genou et de la colonne vertébrale chez les footballeurs et les rugbymen.

    Les personnes qui pratiquent des métiers manuels comme les maçons, les peintres, les agriculteurs souffrent plus fréquemment d’arthrose de l’épaule.

    Le surpoids est également à l’origine de l’inflammation des chondrocytes, en particulier au niveau des genoux ou de la hanche, à cause de la pression qui s’exerce sur l’articulation. Tous les traumatismes, les excès de poids ne conduisent pas systématiquement à l’arthrose. Il existe des terrains génétiques favorables : l’hérédité expliquerait ainsi jusqu’à 20 % des cas d’arthrose après 55 ans.

    Mais l’alimentation et l’exercice physique jouent aussi un rôle : si l’alimentation est riche en sélénium – un antioxydant, le risque d’arthrose est diminué de 40%.

    De même, une activité physique régulière (non traumatisante) peut freiner l’usure du cartilage.

    Dès les premières lésions du cartilage, des débris articulaires apparaissent et entretiennent l’inflammation des chondrocytes.

    Plus de douleurs et de moins en moins de cartilage Dans l’arthrose, les chondrocytes produisent des molécules encourageant l’inflammation, appelées cytokines.

    Les cytokines sont à l’origine d’un véritable cercle vicieux, car elles encouragent les chondrocytes à continuer de les fabriquer.

    C’est ainsi que l’inflammation se perpétue et devient chronique.

    Partie des chondrocytes, elle se propage peu à peu au cartilage articulaire et au liquide synovial.

    Les tissus environnants l’articulation subissent la même inflammation chronique. Il se passe alors ce qui se produit lorsque des tissus sont enflammés : des terminaisons nerveuses dans l’articulation, la membrane synoviale, les attaches ligamentaires sont stimulées.

    Ces terminaisons comportent des récepteurs spécialisés de la douleur et leur signal transmis jusqu’au cerveau provoque la perception de la douleur.

    Une fois qu’elles ont été stimulées par l’inflammation, ces terminaisons nerveuses deviennent hypersensibles, ce qui fait que la douleur se réveille à la première sollicitation, même pour les mouvements les plus anodins.

    Le chondrocyte enflammé fabrique aussi des enzymes qui digèrent littéralement le cartilage.

    L’inflammation a ainsi une conséquence dramatique pour l’articulation : elle engendre un déséquilibre entre la formation et la destruction du cartilage.

    Cette dernière devient prépondérante ce qui fait que le cartilage n’est pas remplacé et qu’il est très mal réparé.

    C’est ainsi que jour après jour, en silence, disparaît le cartilage de vos articulations… Retrouvez plus en détail les mécanismes inflammatoires de l'arthrose dans Arthrose, les solutions naturelles pour vos articulations du Dr Véroli.

    Quelques mesures de prévention Lutter contre le surpoids. Augmenter sa consommation de fruits et de légumes.

    Épicer les plats : la plupart des épices sont antioxydantes mais certaines, comme le curcuma et le gingembre, sont aussi de puissants anti-inflammatoires naturels. Pour bien assimiler le curcuma, le mélanger toujours avec un peu de poivre et d'huile.

    Équilibrer ses apports en graisses en limitant les oméga-6 (trouvés dans les huiles de maïs, de pépins de raisin et de tournesol, dans les plats préparés industriels, dans les viennoiseries...) et en augmentant la consommation d'oméga-3 (trouvés dans l'huile de colza, les poissons gras comme la sardine, le maquereau ou le saumon, les graines de lin, les noix).

    Limiter les aliments à index glycémique élevé Surveiller son taux de vitamine D Limiter les risques de traumatismes articulaires.

    Pratiquer une activité physique régulière (non traumatisante pour les articulations et d'intensité modérée).

    Retrouvez les règles diététiques à suivre et des recettes savoureuses dans La diététique anti-arthrose et tous les traitements naturels dans Arthrose, les solutions naturelles pour vos articulations du Dr Véroli.

     

    « 5 CONSEILS POUR SOULAGER VOS ARTICULATIONSARTHROSE : COMMENT LE CARTILAGE EST DÉTRUIT »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :