• Accueil

    Accueil

    Ce blog est complémentaire de celui-ci :

    http://equilibredevie.blogg.org/

    avec son tome 2http://equilibredevie2.blogg.org/

    Pour réapprendre les recettes anciennes sur les plantes que pratiquaient nos Grands mères ,   

    et qui ont fait leurs preuves au fil du temps ! 

    Note : vous avez 10 blogs dont celui-ci

    et l'autre pour vous informer sur le Covid-19 : L'AIR DU TEMPS

    Accueil

     Sourire d'une petite Orchidée

     

     Ma citation préférée, elle date du 17 ème siècles, mais je ne connais pas l'auteur !

    "J'ai désiré de faire du bien ,

    Mais je n'ai pas désiré de faire du bruit ,

    Parce que j'ai senti que le bruit ne faisait pas de bien,

    comme le bien ne faisait pas de bruit ! "

     

     

  • Antidote du test PCR
    et des vaccins ARNm

    qui détruisent la protéine Spike
    et l’hydrogel Darpa

    Dans mon précédent article j’avais simplement évoqué la Suramine, remède que j’ai découvert en dernière minute de ma rédaction, réputé capable de neutraliser la protéine SPK et l’hydrogel DARPA.
    La Suramine est un médicament de 100 ans d’âge utilisé pour traiter la maladie du sommeil et la cécité des rivières africaines. Elle a été isolée à l’origine à partir d’un extrait d’huile d’aiguille de pin mais elle n’est disponible qu’en injection.

    Il est possible de trouver la Suramine sur internet, mais l’achat est réservé aux professionnels de santé.

    En outre cet antiparasite n’est pas dépourvu de dangerosité ainsi que de nombreuses molécules extraites de leur contexte naturel.
    Or ce contexte naturel est connu, à la portée de tous, bon marché et sans les inconvénients, en l’occurrence les aiguilles fraiches de pin sylvestre qui permet d’en faire une décoction très efficace.

    Il était prévisible que les instigateurs de la fausse pandémie et des vaccins meurtriers, tels le Dr Faucy et Bill Gates avaient prévu une parade réservée à leur usage personnel. 

    Le Dr Judy Mikovits affirme que les mondialistes sont bien conscients que le thé aux aiguilles de pin est la réponse aux armes de dépeuplement covid, et qu’ils utilisent secrètement ce thé aux aiguilles de pin pour se protéger du fléau qu’ils ont déclenché.

    Rappel des effets indésirables de la protéine Spike

    (selon les infos scientifiques du Bombshell Salk Institute)

    • Maux de tête massifs.
    • Micro-caillots et ecchymoses soudaines dans tout le corps.
    • Cycles menstruels exceptionnellement lourds chez les jeunes et après la ménopause.
    • Fausses couches.
    • Réduction du lait maternel.
    • Stérilité chez les femmes et les hommes.
    • Les animaux domestiques meurent peu de temps après que les propriétaires aient reçu le “vaccin”.

    J’avais parlé aussi du Stromectol (Ivermectine) en tant qu’antidote, voici les conseils d’utilisation :

    Stromectol comprimés de 3 mg

    Posologie :  20 µ gramme /kg      

    enfants plus de 15ans
    Exemples :

    • 50 kg = 4 à 5 compr.     60kg = 5 à 6 compr.     70kg = 6 à 7 compr.       7 à 80 kg = 8 compr.
    • Prendre 1 dose unique – (pas de nourriture dans les 2 h qui précèdent et suivent la prise).


    Contre-indication

    Ne pas oublier que l’Ivermectine présente une certaine toxicité et qu’il est abortif – donc éviter en cas de grossesse et d’allaitement.

    Thé aux aiguilles fraîches de pin sylvestre

    Le thé aux aiguilles de pin est l’un des antioxydants les plus puissants qui soient et il était déjà connu pour traiter le cancer, l’inflammation, le stress et la dépression, la douleur et les infections respiratoires.

    Il tue également les parasites.
    Mais surtout, ce qui nous intéresse est dans ses effets inhibiteurs de la cascade de coagulation qui provoque des mini-caillots, avec des accidents vasculaires cérébraux et des cycles menstruels anormalement lourds – et aussi contre la réplication et la modification inappropriées de l’ARN et de l’ADN.  

    Trouvailles complémentaires de la recherche indépendante

    Il a été découvert que les aiguilles de pin contiennent non seulement de la suranime, mais aussi de l’acide shikimique, une grosse molécule vantée pour divers effets médicinaux

    – c’est la molécule trouvée dans l’Anis étoilé, l’herbe de médecine chinoise qui guérit la peste et qu’elle utilise aussi pour traiter les épidémies et les maladies respiratoires. 

    C’est en effet le médicament antiviral le plus utilisé au monde pour traiter la grippe porcine, la grippe aviaire et la grippe saisonnière.

    En outre Une étude publiée dans Research Gate confirme que l’affichage shikimique offre une activité antiagrégante plaquettaire, ce qui signifie qu’il aide à arrêter les caillots sanguins.

    Préparation de la tisane

    La méthode nous vient de peuplades amérindiennes qui utilisent beaucoup cette tisane.

    Il faut des aiguilles fraiches (vertes) de pin sylvestre (mais pas de sapin) – s’assurer que c’est bien du pin sylvestre.

    NOTA : vu que l’on n’a pas forcément la possibilité d’avoir cela sous la main, j’ai testé qu’il est possible de les congeler sans les altérer pour autant, ce qui est logique puisque les pins sont des arbres adaptés aux pays froids (même la Sibérie).

    A cet effet on peut organiser des journées cueillette pour se faire un petit stock d’avance.

    Bien rincer une petite botte d’aiguilles de quoi remplir une cuillère à soupe.

    Séparer les bouts marrons et les jeter.

    Découper les aiguilles en petits morceaux.

    Mettre l’équivalent d’une grande tasse d’eau dans un poêlon, et y ajouter la cuillère à soupe   d’aiguilles découpées.

    Amener à ébullitions durant 1 minute,

    puis couvrir et infuser 8 à 10 min.

    Verser dans la tasse sans filtrer et attendre que les aiguilles coulent toutes au fond.

    C’est Prêt ! Le goût est excellent – on peut y ajouter un peu de citron.

    Posologie :

    Curative : 3 tasses par jour.

    Préventif : 1 tasse par jour.

    Propriétés de la tisane

    o Active la production des globules rouges.

    o Anti agrégant plaquettaire.

    o Antiviral puissant.

    o Contient 5 fois plus de vitamine C que le citron.

    o Récupère rapidement les forces physiques.

    o Renforce les défenses immunitaires.

    Indications

    • Caillots sanguins

    • Corona Covid.
    • Epidémies.
    • Hydrogel Darpa.
    • Maladies respiratoires.
    • Peste.Protéine Spike.
    • Thromboses.

    Précautions sécuritaires

    1. – Certains conifères comme les ifs sont très toxiques.
    2. – Assurez-vous qu’il s’agisse bien de pins sylvestres et non maritimes.
    3. – Il y a un doute concernant un risque d’avortement des femmes enceintes.

    votre commentaire
  • Merci Michel Dogna mon docteur homéopathe 

    cet ancien médicament tellement efficace contre le CV19

    Qu’est-ce que l’Ivermectine ?

    Au départ, l’Ivermectine (actuellement autorisée dans plus de 100 pays), avait été mise au point pour traiter les filarioses ; puis on s’est aperçu qu’elle fonctionnait sur de nombreux parasites (183 espèces de nématodes, 129 insectes et acariens) et de nombreux virus. Son utilisation actuelle la plus connue est contre la gale.

    Or le fait du hasard a hissé ce traitement à une application inattendue et involontaire. Les auteurs de cette redécouverte fortuite a été réalisée au mois de mars 2020 dans un Ehpad de Seine et Marne où 121 personnes (69 résidents – moyenne d’âge 90 ans – et 52 employés) se sont retrouvés protégés du Covid, grâce au traitement d’une épidémie de gale dans l’établissement.

    A savoir que c’est un médicament totalement inoffensif. Les études in vitro et les dossiers d’AMM montrent que les doses efficaces sont infimes par rapport aux doses pouvant poser problème, cela a même été testé à 10 fois la dose chez l’homme, sans réaction.

    Des antécédents d’applications

    En fait, cette étonnante action prophylactique avait déjà été relatée par Gérard Maudrux dans une étude en Argentine portant sur près de 1 200 soignants au contact de patients Covid, sur 4 sites, pendant 2 mois et demi. 788 ont reçu de l’Ivermectine, 407 rien. Résultat : 237 infections dans le groupe non traité, soit 58%, et 0 dans le groupe traité. Résultat sans appel !

    Cela fait déjà un moment que de nombreux pays l’utilisent officiellement. Par exemple des pays comme le Sénégal traitent la population une fois par an contre les parasites avec Ivermectine (et tous les symptomatiques Covid-19 avec le protocole Raoult). La mortalité du Covid-19 y est de 340 décès pour 16 millions d’habitants, ce qui ne ferait à l’échelle française que 2 000 morts au lieu de près de 60 000. Même en tenant compte que le pourcentage de plus de 65 ans est 6 fois plus faible au Sénégal que chez nous, la mortalité par Covid-19 est néanmoins 5 fois inférieure à la nôtre. Or, de nombreux antiparasitaires et antipaludéens sont utilisés en Afrique. Rappelez-vous que l’OMS prévoyait 3 millions de morts du Covid-19 pour le continent. Ils en sont à 37 000 pour 1,2 milliards d’individus, donc 80 fois moins que les prévisions.

    En outre, l’Ivermectine est utilisée en médecine vétérinaire (ne sommes-nous pas des mammifères à deux pattes ?). Son action contre le Covid-19 n’est pas étonnante, alors qu’il a été prouvé qu’elle avait une action directe, in vitro et in vivo, sur des virus tels le PVR de la rage porcine, qui est un virus à ARN… comme le Covid-19 !

    Des résultats cliniques

    Puisqu’il a été démontré que l’Ivermectine agit sur le Covid-19, empêchant son invasion et sa multiplication dans les cellules, il y avait toutes les chances pour que son pouvoir prophylactique se reproduise en thérapeutique – et c’est ce que montrent la plupart des études, décrivant une amélioration des troubles en seulement 48 heures en phase précoce – et logiquement un peu plus en phase plus tardive.

    Actuellement de plus en plus d’études convergent pour donner des résultats cliniques très rapides, avec disparition des symptômes, du virus, des formes graves, et des décès. Le site https://c19ivermectin.com a compilé les résultats de 45 études. Si on enlève les études in vitro, celles chez l’animal, les reviews et méta analyses, il reste 29 études, dont 27 montrent des résultats très positifs, et 2 (avec des procédures discutables) aux résultats sans effet.

    En résumé, pour les 27 études restantes, il a été obtenu 86% de résultats positifs en phase précoce. Et 81% pour l’ensemble.

    Le froid puis le chaud jetés sur l’Ivermectine

    En 1997 le célèbre Lancet – référence médicale – jouait déjà un double jeu comme il l’a fait pour l’hydroxy chloroquine – c’est ainsi qu’il a affiché 15 décès sur 47 pensionnaires d’Ehpad traités par Ivermectine pour une épidémie de gale. Or il s’est bien gardé de dire qu’un traitement par Lindane et Permethrine, (insecticides mortels pour nombre d’animaux comme les chats), avait été appliqué en badigeon juste avant l’Ivermectine ! Suite à cela l’Ivermectine a mis des années pour se remettre de cette seule publication mensongère aux effets ravageurs.

    Pourtant en 2015, le jury du prix Nobel de médecine a quand même été attribué à Campbell et Omura, pour leur découverte de l’Ivermectine, reconnaissant que non seulement elle n’avait pas tué 15 vieillards sous insecticides, mais qu’elle avait sauvé la vie de millions de personnes de par le monde.

    Ceci n’empêche pas que si vous allez piocher sur Internet, vous pourrez constater que les annonceurs sont très dubitatifs et certains articles l’affichent même dangereux.

    Nous avons vu que les macrolides pouvaient être efficaces à 80-90% en divisant par 5 à 10 la mortalité, constatée par les médecins de France et plusieurs milliers de cas. Pour l’Ivermectine, avec le même critère de mortalité, on peut dire que ce taux dépasse 95%. Aucune étude ne contredit son efficacité, avant, pendant et après.

    Ivermectine

    De plus en plus d’études sortent sur Ivermectine, toutes favorables. De plus en plus de pays engagent des études officielles. De plus en plus de pays autorisent, conseillent Ivermectine.
    L’Inde vient même de commercialiser un « kit à 2 euros avec Ivermectine, macrolides, Zinc, (NB : la dose « Iver » peut être divisée par 3 (3mg/15 Kg une seule fois et non 3 jours de suite), voire comme cela a été fait dans une des études, augmenter en fonction de la gravité au stade du traitement. Le kit s’appelle Ziverdo kit – Sa composition :

                      • Doxycycline : 100mg – 2 fois par jour pendant 5 jours
                      • Ivermectine : 12 mg – 1 fois par jour pendant 3 jours
                      • Zinc : 50 mg – 1 fois par jour pendant 14 jours

    Et en France ?

    Une association de patients a demandé à la justice d’obliger le Ministère (ne pouvant le faire elle-même) à saisir l’ANSM pour une demande de RTU, j’y ai apporté mon obole.

    Requête, et jugement. La juge semblait très favorable à l’audience, mais s’est renseignée « plus haut », avant de répondre… « défavorable ! ».

    Source : Gérard Maudrux 10 déc 2020

    Utilisation

    L’Ivermectine aussi vendue sous le nom de Stromectol est à la fois un traitement préventif et curatif.
    En pharmacie il se dit qu’il n’est délivré que sur ordonnance, bien qu’il soit en vente libre sur Internet (là attention à la qualité des produits à prix cassés).
    Pour la posologie se référer à la boite. 


    votre commentaire
  • mais le CDC persiste et signe

    énible découverte que celle faite sur le blog du Dr Jennifer Margulis (1) cette semaine, on y apprend que les craintes de la communauté internationale autour des potentiels effets catastrophiques de la vaccination anti-Covid n’ont pas été totalement entendus par le CDC, sous prétexte de temps de parole dépassé. Il est vrai que l’oratrice avait royalement été créditée de trois minutes pour développer ce qui aurait difficilement pu être développé en moins d’une heure. Voici l’ensemble de l’argumentaire incomplètement présenté par J.C Lindsay, bonne lecture. 

    Introduction

    Dans un commentaire public adressé au CDC (1), le Dr Janci Chunn Lindsay, biologiste moléculaire et toxicologue, a demandé l’arrêt immédiat de la production et de la distribution du vaccin Covid, citant les doutes concernant la fertilité, les problèmes de coagulation du sang (coagulopathie) et l’échappement immunitaire. Le Dr Lindsay a expliqué au comité les preuves scientifiques montrant que les vaccins à coronavirus ne sont pas sûrs.

    Le 23 avril 2021, le Comité consultatif sur les pratiques d’immunisation des CDC a tenu une réunion à Atlanta, en Géorgie. L’objet de cette réunion de l’ACIP (Advisory Committy of Immunization Practices) était les troubles de la coagulation sanguine suite aux vaccins Covid. Le Dr Janci Chunn Lindsay a pris la parole devant le CDC pendant le temps réservé aux commentaires du public.

    La censure sur les médias sociaux en particulier et sur Internet en général est implacable. Voici une transcription légèrement modifiée et annotée, à l’abri de la censure, du commentaire de 3 minutes du Dr Janci Chunn Lindsay.

    Vous pouvez écouter son témoignage sur YouTube (3)  pour l’instant, du moins. (Si ce lien devient viral, YouTube le censurera probablement).

     

    Une biologiste moléculaire et toxicologue demande l’arrêt du vaccin Covid

    • « Bonjour, je m’appelle Dr Janci Chunn Lindsay. Je suis titulaire d’un doctorat en biochimie et biologie moléculaire de l’Université du Texas, et j’ai plus de 30 ans d’expérience scientifique, principalement en toxicologie et en biologie mécaniste. Au milieu des années 1990, j’ai contribué au développement d’un vaccin contraceptif humain temporaire qui a fini par provoquer une destruction ovarienne auto-immune involontaire et la stérilité chez les modèles d’expérimentation animale. Ceci en dépit des efforts que nous avons déployés, et bien que les analyses des séquences ne le prévoyaient pas ».

    J’ai la ferme conviction que tous les vaccins de thérapie génique doivent être arrêtés immédiatement en raison de problèmes de sécurité sur plusieurs fronts.

    Vaccins Covid, fertilité et fausses couches

    Premièrement, les vaccins Covid pourraient induire des anticorps à réaction croisée avec la syncytine et nuire à la fertilité ainsi qu’au bon déroulement de la grossesse.

    Il y a une bonne raison théorique de croire que les vaccins Covid provoqueront une réaction croisée avec la syncytine et les protéines contenues dans le sperme, les ovules et le placenta, ce qui entraînera une altération de la fertilité, de la gestation et de la reproduction.

    Le Dr Bill Gallaher, virologue respecté, a présenté d’excellents arguments expliquant pourquoi on peut s’attendre à une réaction croisée, en raison des similitudes de conformation du feuillet bêta entre les protéines spike et les syncytines 1 et 2.

    Toutefois, je n’ai pas encore vu une seule étude immunologique qui le réfute. Pourtant, il ne faudrait littéralement qu’une seule journée aux fabricants pour réaliser ces études sur la syncytine afin de s’en assurer [une fois qu’ils auraient du sérum de personnes vaccinées]. Cela fait plus d’un an que l’on a affirmé pour la première fois que cela pouvait se produire [le corps attaquant ses propres protéines de syncytine en raison de la similarité de la structure avec les protéines spike].

    Les fausses couches signalées au VAERS conduisent à une demande d’arrêt du vaccin Covid

    Au 9 avril 2021, 100 fausses couches ont été signalées au VAERS. Des rapports ont également fait état d’une altération de la spermatogenèse et du placenta dans les modèles animaux lors d’infection naturelle, ou de vaccination.

    Les modèles animaux, où la syncytine est endommagée, présentent une pathologie placentaire similaire, ce qui tend à montrer que la syncytine est un médiateur de la reproduction sur les aspects cités.

    De plus, nous avons entendu parler de multiples rapports d’irrégularités de menstruations irrégulières chez les personnes vaccinées. Ces cas doivent être étudiés.

    Nous ne pouvons tout simplement pas administrer ces [vaccins] à nos enfants, qui présentent un risque de 0,002 % de mortalité due à la Covid, s’ils sont infectés, ou à toute autre personne en âge de procréer, sans mener une enquête approfondie sur cette question.

    Si nous le faisons, nous pourrions potentiellement stériliser une génération entière. La spéculation selon laquelle cela ne se produira pas et quelques rapports anecdotiques de grossesses dans le cadre de l’essai ne sont pas une preuve suffisante que cela n’a pas d’impact à l’échelle de la population.

    Le vaccin Covid provoque des troubles sanguins

    Toutes les thérapies géniques [vaccins Covid] provoquent des coagulopathies.

    Ce phénomène n’est pas propre à un seul fabricant. Et ce n’est pas isolé à un seul groupe d’âge.

    Nous constatons des décès par coagulopathie chez de jeunes adultes en bonne santé, sans comorbidités secondaires. Au 9 avril 2021, le système de notification VAERS a enregistré 795 rapports relatifs à des troubles de la coagulation sanguine, dont 338 dus à une thrombocytopénie.

    Il existe des explications moléculaires de ce phénomène. L’infection naturelle est connue pour provoquer une coagulopathie due à la protéine spike. Tous les vaccins de thérapie génique incitent l’organisme à fabriquer la protéine spike. Zhang et al, dans un article scientifique publié dans le « Journal of Hematology & Oncology » en Septembre 2020, ont montré que si vous injectez la protéine spike à des souris qui ont des récepteurs ACE-2 avec des caractéristiques humaines (4) sur les plaquettes sanguines, vous obtenez également une thrombose disséminée. (5)

    La protéine spike incubée avec du sang humain in vitro a également provoqué le développement de caillots sanguins résistants à la fibrinolyse. La fibrinolyse est le processus de l’organisme qui permet de détruire les caillots sanguins. La protéine spike provoque des événements thrombocytaires, qui ne peuvent être résolus par des moyens naturels.

    Et tous les vaccins doivent être arrêtés dans l’espoir qu’ils puissent être reformulés pour se prémunir contre cet effet indésirable.

    Il existe des preuves solides d’évasion immunitaire…

    A ce moment de son témoignage oral, le Dr Janci Chunn Lindsay a été interrompue par une voix d’homme : « Merci pour votre commentaire, votre temps est écoulé« .

    J’ai contacté le Dr Janci Chunn Lindsay pour savoir ce qu’elle avait encore voulu partager avec l’ACIP, en plus de ses préoccupations concernant la fertilité et les troubles de la coagulation sanguine. Elle m’a renvoyé son troisième point, qu’elle a soumis comme témoignage écrit.

    Il existe des preuves solides de l’évasion immunitaire (6) et que l’inoculation sous la pression d’une pandémie avec ces vaccins entraîne la création de mutants plus mortels qui infectent à nouveau une population plus jeune et causent plus de décès liés à la Covid dans la population que ce qui se serait produit sans intervention. En d’autres termes, il existe des preuves que les vaccins aggravent la pandémie.

    Il est clair que nous assistons à une dépression immunitaire temporelle immédiatement après les inoculations, voir  à propos du nombre de décès suivant les dates d’inoculation (7). En effet il existe des régions immuno-suppressives sur les protéines spike, ainsi que sur Syn-2, qui pourraient vraisemblablement en être la cause, par le biais d’un mécanisme dont les lymphocytes T seraient les médiateurs.

    Si nous n’arrêtons pas cette campagne de vaccination jusqu’à ce que ces questions soient étudiées, nous pourrions assister à un phénomène tel que celui observé chez les poulets atteints de la maladie de Marek. (8)

    Nous disposons désormais de suffisamment de preuves pour établir une corrélation claire entre l’augmentation des décès de Covid et les campagnes de vaccination. Ce n’est pas une coïncidence. C’est un effet malheureux et involontaire des vaccins. Nous ne pouvons tout simplement pas fermer les yeux et prétendre que cela ne se produit pas. Nous devons cesser immédiatement toute administration de vaccins Covid, avant de créer une véritable pandémie que nous ne pourrions pas maîtriser.

    Une scientifique du MIT également préoccupée par les problèmes de coagulation sanguine et de fertilité, Stephanie Seneff, Ph.D., experte en synthèse des protéines, pense que l’hypothèse du Dr Lindsay est correcte. « Je partage absolument ces préoccupations », m’a écrit le Dr Seneff, qui est chercheuse principale au MIT, dans un courriel qui donne à réfléchir.

    •  » Le potentiel de troubles de la coagulation sanguine et le potentiel de stérilisation ne sont qu’une partie de l’histoire. Il existe également d’autres effets potentiels à long terme de ces vaccins, comme les maladies auto-immunes et l’échappement immunitaire, par lequel les vaccins administrés aux personnes immuno-déprimées accélèrent le taux de mutation du virus de manière à rendre inefficaces les anticorps acquis naturellement et ceux induits par le vaccin. »

    Conclusion

    Comme le Dr Lindsay, le Dr Seneff pense qu’il faut immédiatement arrêter les campagnes de vaccination Covid.

    •  » Cet essai clinique massif sur la population générale pourrait avoir des effets dévastateurs et irréversibles sur un très grand nombre de personnes« , explique Seneff.

    Malgré ces préoccupations concernant la fertilité et les troubles sanguins, le panel du CDC a voté vendredi dernier en faveur de la reprise de l’utilisation du vaccin de Johnson&Johnson™.

    Ils ont toutefois suggéré qu’un d’avertissement de la FDA soit ajouté. Leur argument contre l’arrêt de la vaccination Covid ? Le CDC estime que les avantages l’emportent sur les risques.

     

    Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) et corrigé par S. Réant
    Mai 2021

     

     lien : Catastrophe annoncée de la vaccination anti-Covid mais le CDC persiste et signe - AIMSIB


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique